En arrosant les chrysanthèmes

Posted by By at 16 mars, at 10 : 17 Print

La fille en noir porte le deuil de son ami las disparu et l’air ambiant tisse autour d’elle le fil aigu de son linceul, frontière de souvenances mettant des bornes à sa vertu.
Elle possède cette démarche lasse et ce charme distant des gens qui attendent que leur temps passe sans se soucier du temps présent.
Peu lui importe le vent léger ou bien l’averse qui menace, sa météo s’est arrêtée et si son cœur a la mémoire tenace, son esprit se plaît à la laisser se dessécher.
La fille en noir n’est qu’une absence lestant nos sens d’empathie et le vide laissé par sa présence remémore aujourd’hui des blessures qu’il nous faut tous cicatriser.

in Ana (éditions Bizarre.fr)

poèmes , , , , ,

Related Posts

Les commentaires sont fermés, écrivez-moi…

Suivez-moi sur

Contact