Requiem

Posted by By at 16 mars, at 11 : 23 Print

Tu ne m’aimes plus et notre amour déclinant n’est plus qu’un linge sale. La terre sous nos pieds étrangers s’est entrouverte et dans ses entrailles de basalte, nous voilà bel et bien perdus.
En cette fosse commune, il n’est guère que moi pour t’aimer pour ton ombre et c’est en bâillant que tu assistes à nos noces de pierre.
Rejoignant les vivants afin d’y panser nos plaies, je te vois t’engager de l’autre côté du fleuve.
Les séparations sont des petites morts où l’amour se suicide sans autre oraison que le chant des damnés.

in Ana (éditions Bizarre.fr)

poèmes , , ,

Related Posts

Les commentaires sont fermés, écrivez-moi…

Suivez-moi sur

Contact