Le secret

Posted by By at 15 mars, at 11 : 09 Print

D’un beau noir de jais,
Accroche rêves en ailes de corbeau
Taillé dans les veines sombres d’un marbre de pierre tombale
Sans qu’aucun détail futile n’altère ses formes fluides.

Un monolithe sculpté comme d’un seul jet, d’un seul geste.
Une masse colossale dominée par le marteau et le burin de l’Homme.
Un bouquet de glaïeuls fanés, un vase oblong en goutte d’eau.
Un cyprès d’ombre chinoise, candélabre long et sec.

Le soleil au zénith écrase nos ombres,
Martèle nos figures ruisselantes.
Des torrents de sueur dévalent nos flancs
Et nous plissons les yeux malgré nos lunettes noires.

L’effort de l’ascension dans la fournaise,
La beauté envoûtante d’un monument planté dans un lieu sauvage et désolé
Éperdument nous subjuguent et nous coupent le souffle.

Et là sous le lichen prospère, presque entièrement rongé par les saisons,
Pas d’épitaphe, ni même une oraison,
Aucune phrase, pas un mot,
Juste un signe très ancien
À jamais oublié.

in Bikini Prose

poèmes

Related Posts

Les commentaires sont fermés, écrivez-moi…

Suivez-moi sur

Contact