La censure

Posted by By at 16 mars, at 11 : 09 Print

Mignonnes, gageons que l’opprobre frappant si bas nos doux ébats, n’existe que pour corser nos débats.
Dame Pécheresse d’ennui se fane quand des censeurs le massicot se rouille et je confesse n’avoir d’ardeur qu’en défrisant leurs interdits.

in Ana (éditions Bizarre.fr)

poèmes , ,

Related Posts

Les commentaires sont fermés, écrivez-moi…

Suivez-moi sur

Contact